«Cinq ans que je veux créer une résidence service»

«Cinq ans que je veux créer une résidence service»
News

Face à tant de questions, nous avons tenu à questionner la personne qui est à la base de ce projet : Vincent Verdure. Cet homme de 46 ans se bat depuis près de 5 ans pour implanter dans la cité des Hurlus une résidence service de plus de 50 lits. Alors que l’on a évoqué la création d’une résidence avec service lors du conseil communal, ce dernier assure qu’il n’en sera pas ainsi. « Cela fait 5 ans que je me bats pour créer ma propre résidence service à Mouscron. J’ai suivi des cours pour devenir directeur de maison de repos afin de bénéficier des agrégations de la Région Wallonne. J’ai exposé mon projet au fonctionnaire délégué à Mons qui m’a clairement dit que Mouscron, ville de 60.000 habitants, avait besoin de ce type de projet car elle était en retard par rapport à d’autres grandes villes. Je ne veux en aucun cas qu’on me colle l’étiquette de promoteur, je ne vais pas vendre des appartements pour personnes âgées mais bien créer un espace de vie pour ces dernières dans le respect des normes imposées. », souligne Vincent Verdure.

Alors que l’opposition s’interrogeait sur le fait qu’une maison de repos n’était pas intégrée, alors que cela devrait être le cas, au projet, là aussi Vincent Verdure remet l’église au milieu du village. « Je n’ai pas de certitude qu’une maison de repos se trouvera sur le terrain sur lequel sera implantée la résidence service. Mais si demain, quelqu’un veut s’y installer ce serait avec plaisir. Pour l’instant, j’ai déjà rencontré plusieurs maisons de repos qui sont intéressées par mon projet et avec lesquelles une liaison conventionnelle sera signée. De ce fait, des personnes qui ne pourraient plus vivre seules, seraient ainsi redirigées vers cette maison de repos. Il faut toutefois que la construction avance pour offrir des garanties aux maisons prospectées. J’ai déjà perdu cinq ans avec la rue des Verdiers et c’est d’ailleurs pour ça que j’ai entamé des démarches pour l’avenue de Barry. »

Un projet bien plus grand que celui de la rue des Verdiers qui n’est pas encore mort et enterré, et qui s’étend sur 14.000m². Ce dernier sera, selon le directeur du projet, dans les règles et même bien au-delà de ce qui est exigé pour l’ouverture d’un tel établissement. « Il y aura une salle polyvalente, un restaurant, un potager, un étang. Les espaces de vie sont plus grands que ce qui est demandé pour obtenir les agrégations de l’AVIQ et autres acteurs qui gravitent autour de ce projet. Je tiens à rassurer tout le monde, je veux que tout soit fait dans les clous. »