Saison blanche pour le volley hennuyer: qu’en pensent les clubs de Mons-Borinage?

Une décision logique pour Saint-Luc Mons.
Une décision logique pour Saint-Luc Mons. - D.R.

Elouges. Le club dourois se réjouit de la décision prise par les instances hennuyères. « La fédération a fait le bon choix », réagit le président du club, Richard Debrouwere. « Nous pensons qu’une saison raccourcie aurait faussé le jeu. Certaines équipes auraient certainement été désavantagées. Il y aurait eu un manque d’équité. » Le VCB espère par contre reprendre la saison le plus vite possible. « La situation actuelle devient compliquée financièrement. Nos tournois et soirées ont été annulés. Et la buvette est toujours fermée. Nous n’avons plus aucune recette. Si la suspension de la saison se poursuit, certains joueurs pourraient en plus se diriger vers d’autres activités. La seule solution pour s’en sortir est de relancer les championnats. La santé doit cependant rester la priorité. »

Frameries-Quaregnon. Sur les différentes options mises sur la table, le club de Frameries-Quaregnon souhaitait également qu’une saison blanche soit instaurée. « Nous sommes satisfaits de la décision prise par la fédération », commente Fabian Dave, secrétaire du club. « Ne jouer une saison que sur la phase retour n’aurait pas eu beaucoup de sens. Regardez notre P3. Elle est composée de nombreux étudiants qui seront absents début 2021 à cause des examens. Nous aurions donc clairement été désavantagés. Par contre, les gars restent des compétiteurs. Ils seront toujours motivés et joueront tous les matches à fond, même s’il n’y a pas de montant ni descendant. »

Saint-Luc Mons. Laurent Balcon, coach de la P1 messieurs de Saint-Luc, souhaitait aussi une saison blanche, mais il se pose tout de même des questions. « Dans quelles conditions cette saison blanche va-t-elle être organisée ? » s’interroge-t-il. « Les rencontres seront-elles arbitrées ? Faudra-t-il payer les arbitres ? Si c’est le cas, je ne sais pas comment nous allons faire, alors que le club ne compte plus aucune recette. Rien que pour la première journée de championnat en octobre dernier, le club avait dû payer 450 euros de frais d’arbitrage. »

N.E.

Aussi en Sport régional