Judo: en forme, la Montrœuloise Loélia Crapez veut confirmer en équipe nationale

Encore plus ambitieuse depuis qu’elle a rejoint le RJC Mons.
Encore plus ambitieuse depuis qu’elle a rejoint le RJC Mons. - D.R.

« J’ai appris récemment que j’étais reprise à la fédération et en équipe nationale. J’en suis très heureuse » explique la jeune montrœuloise. L’année 2020 de Loélia fut riche en titres. Championne du Hainaut, de Wallonie mais surtout de Belgique pour la première fois, personne ne pouvait l’arrêter. Sauf peut-être la Covid qui a stoppé Loélia dans sa course aux médailles. « Depuis mars, il n’y a plus une seule compétition. Heureusement, j’avais pu participer à différents rendez-vous avant. »

Mieux encadrée à Mons

Après avoir échoué à la conquête du titre national en 2019, la Montrœuloise a prouvé que 2020 était son année. « En 2019, elle avait été sacrée championne du Hainaut et de Wallonie mais à cause du stress, elle s’était loupée aux championnats de Belgique. Elle a prouvé cette année qu’elle savait dorénavant le gérer. C’était un titre important pour elle et j’espère qu’elle continuera sur sa lancée », souligne son papa Grégory.

Sa progression fulgurante, Loélia la doit à son nouveau club, le Royal Judo Club Mons. « Elle a débuté à 7 ans à Elouges avant de partir à Tournai. Comme je la suis beaucoup et que nous habitons la région de Dour, ce n’était pas des petits déplacements. Mais nous savions qu’à Mons, le club était réputé. Nous avons donc décidé qu’elle continuerait son évolution là-bas » explique son grand-père, son supporter nº1. « Dorénavant, elle est entourée par tout un club et évolue avec le top. Cela l’aidera à progresser. En passant Espoir, le travail physique va changer. Mais elle est prête à faire les sacrifices pour s’améliorer. Elle s’entraîne dur quatre fois par semaine. »

Au jour le jour

Pourtant, ce n’est pas toujours facile de gérer sport à haut niveau et études. « Je m’en sors pour l’instant. Il arrivera que je rate l’école pour des compétitions internationales, mais j’ai une autorisation de l’ADEPS », confie Loélia, future ceinture marron. « Je devais la passer en décembre mais cela a été reporté à cause du Covid. Comme une compétition internationale et un stage en Pologne. Ce n’est que partie remise. Mes ambitions pour 2021 ? Me qualifier pour le championnat de Wallonie. Et pourquoi pas le championnat de Belgique ? Je ne me pose pas trop de questions et j’avance au jour le jour », conclut la jeune fille.

C.M.

Aussi en Sport régional