Pas d’impact immédiat de l’audit sur le personnel de Bruxelles-Propreté pour celui-ci

Pas d’impact immédiat de l’audit sur le personnel de Bruxelles-Propreté pour celui-ci
Belga

Selon l’Echo, l’audit relatif au personnel de l’ABP) préconise une baisse des collectes de déchets en porte à porte.

Le personnel de l’ABP a crû de 22% depuis 2014, ce qui correspond à une hausse de 526 collaborateurs, selon la société de conseil en organisation et en ressources humaines Berenschot, qui estime que le nombre actuel de collaborateurs serait davantage la conséquence d’une vision sociale de l’agence régionale que d’une vision axée sur l’efficacité.

Pour son estimation des besoins en personnel, l’auditeur s’est basé sur les résultats d’un benchmark et des observations de terrain. De la comparaison avec d’autres organisations, il ressort que le nombre d’heures productives est plus bas au sein de l’ABP qu’ailleurs. Pour l’auditeur, c’est la faute au fini-fini, ce principe permettant aux chargeurs de quitter le travail après la fin de leur tournée, dès que 2/3 des collectes sont effectuées.

Autre enseignement de l’audit: aucune organisation similaire à l’ABP n’offrirait une fréquence de collectes aussi élevée.

Interrogé mercredi en séance plénière du parlement bruxellois par Bianca Debaetrs (CD&V), Véronique Lefrancq (cdH), Jan Busselen (PTB) et David Leisterh (MR), le ministre Alain Maron a indiqué avoir déjà eu des échanges avec la direction de l’ABP au sujet de l’analyse de l’audit dont le rapport a été présenté aux syndicats. Sous réserve de compatibilité d’agenda avec le parlement, ce document sera présenté aux députés de la Commission de l’Environnement le 23 juin prochain, a-t-il ajouté.

La ministre a aussi exprimé l’intention de présenter un plan de redéploiement de l’agence - une centaine de pistes sont sur la table- sur base des trois audits réalisés.

Au stade actuel, le rapport d’audit «n’aura pas d’implication pour le personnel», a souligné le ministre, précisant que les changements interviendront lors de la réforme des collectes. M. Maron a également insisté sur le fait que le gouvernement bruxellois avait la volonté de faire de l’Agence Bruxelles Propreté un organisme d’économie circulaire qui mobilise beaucoup de main d’oeuvre, notamment à l’aide de personnel peu qualifié.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES