Selon l’ex-chef des urgences de Tivoli, les Wallons auront reçu une dose fin juin

Tous les Wallons devraient au moins recevoir leur première dose de vaccin fin juin.
Tous les Wallons devraient au moins recevoir leur première dose de vaccin fin juin. - News

M. Stamatakis a été chef du service des urgences du Tivoli à La Louvière, expert au SPF Santé et membre du cabinet de Laurette Onkelinx (PS) pendant six ans. Il assurera désormais la coordination de la cellule wallonne spéciale Covid mise en place depuis octobre 2020 et conseillera l’exécutif wallon en ce qui concerne la stratégie de vaccination, comme l’annonçait aussi L’Avenir lundi.

En tant que délégué général Covid, il dit tabler sur le fait que tous les Wallons auront reçu une première dose d’ici à la fin du mois de juin (même si l’abaissement de l’âge minimum de 18 à 16 ans pourrait allonger la campagne de quelques semaines).

Mais il note que l’enjeu principal restera l’adhésion, surtout chez les jeunes. « On doit arriver à leur faire comprendre que même si le risque pour eux est moindre, ils ne seront pas tranquilles tant qu’ils ne seront pas vaccinés. On n’obligera jamais personne mais le vaccin va être nécessaire pour voyager, aller au restaurant, etc. Les gens doivent comprendre que c’est dans leur intérêt. Il s’agit d’une action civique. Psychologiquement aussi, cela permet de se sentir mieux. Quand j’ai reçu ma piqûre je me suis dit : ’Je suis sauvé’. »

Il annonce aussi un rééquilibrage en cours dans la répartition des doses intra-Wallonie est donc en cours. Fin du mois, on ouvrira davantage de nouvelles ’lignes’ permettant de vacciner plus de gens à Charleroi que dans le Luxembourg, une province déjà très avancée dans la phase 2.

Interrogé sur les tensions communautaires relatives à la vaccination, M. Stamatakis note que « tout cela est un peu futile ». « C’est vrai que chaque fois que les francophones ont un peu de retard, il y a toujours un nationaliste pour faire une sortie. Et puis, on repasse devant et on ne les entend plus. Or, tout cela est arithmétique. Cette semaine, on a pris deux points sur la Flandre car ils injectent des deuxièmes doses et nous des premières. La semaine prochaine, ça sera l’inverse », constate le délégué.

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DU CENTRE