Le malaise d’Eriksen lui a rappelé le tragique décès de son fils

Le malaise d’Eriksen lui a rappelé le tragique décès de son fils
Belga

Mark King, dont le fils Oliver avait une maladie cardiaque non diagnostiquée, a déclaré que l’effondrement de Christian Eriksen sur le terrain lors du match d’ouverture de l’Euro du Danemark samedi l’avait ramené à cette affreuse journée de 2011. « Ce que j’ai ressenti lors du match m’a ramené au jour où mon fils est décédé. Je regardais le match et je savais exactement ce qui se passait, » a-t-il expliqué au Mirror.

Samedi, Christian Eriksen a repris conscience après que les médecins ont utilisé un défibrillateur pour relancer son cœur. « Les sportifs professionnels disposent d’équipements adaptés mais nos enfants et le reste du public n’en ont pas… Il n’y a pas assez de défibrillateurs, » a déclaré Mark au Mirror.

L’homme de 59 ans espère qu’il y aura un changement de loi afin de garantir que les défribilateurs soient disponibles dans des endroits clés à travers le pays. « Nous essayons de le faire légiférer afin que les défibrillateurs soient aussi courants que les extincteurs. »

Lors du malaise de son fils, Mark explique qu’il a fallu 24 minutes à une ambulance pour arriver à l’école d’Olivier, près de son domicile à Liverpool. « S’il y avait eu un défibrillateur, mon Oliver serait peut-être rentré à la maison ce jour-là, ou aurait pu avoir une chance de se battre», explique-t-il.

Mark a lancé la Fondation Oliver King, qui a jusqu’à présent installé 5.500 défibrillateurs à travers le pays et formé plus de 100.000 personnes à leur utilisation. Il a sauvé 56 vies, le plus jeune patient est âgé de quatre ans.

Au Royaume-Uni, seulement une personne sur dix survit à un arrêt cardiaque à l’extérieur d’un hôpital. Un accès rapide à un défibrillateur pourrait faire la différence.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers