Marc Goblet, député fédéral et ancien secrétaire général de la FGTB, est décédé

Marc Goblet, député fédéral et ancien secrétaire général de la FGTB, est décédé

Le parti socialiste et la commune de Herve sont en deuil. Et pour cause, on vient d’apprendre le décès de Marc Goblet, le député fédéral hervien. L’homme avait également endossé d’autres rôles comme celui de secrétaire général de la FGTB ou encore celui d’échevin et conseiller communal sur sa commune.

Ce Hervien pur souche, électricien de formation, se lance d’abord en politique avant de devenir syndicaliste. Des raisons de santé le feront quitter le milieu avant qu’il n’y revienne pour les élections communales de 2018 puis fédérales de 2019 suite auxquelles il devient député fédéral.

Avec ce mandat de député fédéral, Marc Goblet était devenu le troisième parlementaire de sa commune, Herve, en rejoignant Marie-Martine Schyns et Pierre-Yves Jeholet qui, eux, siègent au Parlement wallon. « C’est historique », nous avait-il confié à cette époque.

Depuis l’annonce de son décès, les hommages se multiplient, qu’ils viennent de son propre parti ou d’ailleurs. « C’est avec une infinie tristesse que les députés du Groupe PS ont appris le décès de leur camarade Marc Goblet », explique le groupe dans un communiqué. « Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches. Nous perdons un homme engagé, courageux et qui a consacré sa vie au service des autres. » Pierre-Yves Jeholet, le MR président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et principal opposant de Marc Goblet, a pour sa part salué « le travail, la carrière, la loyauté et le respect de la parole donnée de Marc » sur Twitter.

Pour Ben Achour, Goblet était immortel

Le député socialiste verviétois Malik Ben Achour nous confie que l’annonce du décès de Marc Goblet a fait l’effet d’un choc au sein du parti. « On le savait souffrant et à l’hôpital depuis quelques semaines mais c’est quelqu’un de tellement combatif, fort dans ses combats et ses convictions, qu’on le voyait un peu comme quelqu’un d’immortel, d’incassable. On avait l’impression que rien ne pouvait l’abattre. Aujourd’hui je suis triste et choqué », lance-t-il.

Il retient du Hervien le fait que toute sa vie, il ait travaillé à l’amélioration de la vie des travailleurs. « C’est notamment lui qui, alors que le gouvernement était en affaires courantes, a négocié durant des semaines pour aboutir à la loi Fonds blouses blanches, pour permettre d’améliorer les conditions de travail dans les soins de santé », rappelle Malik Ben Achour.

À titre plus personnel, il aura toujours cette image de Marc Goblet l’attendant avant de rentrer dans l’hémicycle en juin 2019, lors de leurs prestations de serment comme député. « Quand je suis arrivé à sa hauteur, il m’a pris par l’épaule et c’est comme ça que nous sommes rentrés. C’était un vrai moment fraternel qui m’a beaucoup touché ».

« Un défenseur de la population »

Valérie Dejardin, président de la fédération du PS verviétois, a rencontré Marc Goblet pour la première fois un 1er mai, au début de sa carrière. « C’est mon président d’USC qui me l’a présenté. Ma première impression ? C’est quelqu’un qui en impose, qui dégage quelque chose. J’avais un peu peur de l’aborder mais au final on se rend compte qu’il est disponible, comme tout le monde », confie la socialiste qui retient de lui un homme qui a toujours travaillé dans l’intérêt des citoyens et des plus précarisés. « C’était un vrai homme de terrain, un défenseur de la population. On perd une grande personne mais je pense surtout à sa famille aujourd’hui ».

Marc Goblet en 10 dates importantes

1. 6 juin 1957 : naissance de Marc Goblet à Herve

2. 1982 : Marc Goblet quitte son poste de chauffagiste pour entrer à la centrale générale de la FGTB Liège – Huy – Waremme. En effet, le jeune homme qu’il était possédait un diplôme de chauffagiste, chauffage central et sanitaires. Il a rejoint son père qui travaillait déjà à la FGTB.

3. 1991 : Marc Goblet devient conseiller communal à Herve de 1991 à 2000.

4. 2001 : Marc Goblet devient premier échevin à Herve, un poste qu’il occupe jusqu’en 2003. Parmi ses attributions : les Affaires sociales et économiques, du Logement et de l’Urbanisme.

5. 2004 : Marc Goblet est nommé président de la centrale générale de la FGTB liégeoise

6. 2014 : Marc Goblet devient secrétaire général de la FGTB en succédant à Anne Demelenne pour un mandat de quatre ans. L’homme se retrouve à la tête du syndicat une semaine avant l’arrivée de Charles Michel au 16, rue de la Loi.

7. 19 avril 2016 : Marc Goblet traite le gouvernement de « gamins de merde » lors d’une action de la FGTB place de la Monnaie à Bruxelles pour protester contre les mesures prises par le gouvernement fédéral lors du dernier contrôle budgétaire conclu le 9 avril. « Ceci est un début. Si on doit aller à la grève, on ira. Jamais la FGTB n’acceptera la remise en cause de la liberté syndicale et de la liberté d’expression des travailleurs ! Ce gouvernement est composé, passez-moi l’expression, d’une bande de gamins de merde ! »

8. 2017 : Marc Goblet abandonne son poste de secrétaire général de la FGTB pour des raisons de santé. Le Hervien avait perdu énormément de poids et attendait une greffe du foie. Il a passé le relais à Robert Vertenueil en juin 2017.

9. 2019 : Marc Goblet devient député fédéral suite aux élections de 2019 et ses 9.504 voix. alors qu’il était le dernier de la liste PS à la Chambre. Avec ce mandat de député fédéral, Marc Goblet était devenu le troisième parlementaire de sa commune, Herve, en rejoignant Marie-Martine Schyns et Pierre-Yves Jeholet qui, eux, siègent au Parlement wallon. « C’est historique », nous avait-il confié à cette époque. Il réussit notamment à faire passer la loi Fonds blouses blanches pour permettre d’améliorer les conditions de travail dans les soins de santé.

10. 16 juin 2021 : décès de Marc Goblet au CHU de Liège

Chanelle Bonaventure devrait remplacer Marc Goblet au Parlement fédéral

La Disonnaise.
La Disonnaise. - DR

La triste mort de Marc Goblet implique de facto son remplacement au sein de l’hémicycle d’ici quelques semaines. C’est la Disonaise Chanelle Bonaventure qui doit prendre la place du Hervien. C’est en effet elle qui était la prochaine suppléante sur la liste.

Elle aurait déjà dû devenir députée fédérale à la place de Malik Ben Achour si celui-ci était devenu bourgmestre de Verviers.

À Herve, où Marc Goblet était par ailleurs toujours conseiller communal, c’est normalement Claudio Sangiovanni qui le remplacera.

«Un combattant même dans la maladie», selon Daniel Richard

40 ans que Daniel Richard et Marc Goblet se connaissaient.
40 ans que Daniel Richard et Marc Goblet se connaissaient. - Cl.D.

40 ans que Daniel Richard et Marc Goblet se connaissaient. Pour le secrétaire régional de la FGTB verviétoise, le Hervien a toujours été un combattant même face à la maladie. « Combien de fois on ne nous a pas sonnés pour nous dire que c’était les derniers instants et puis il finissait par s’en sortir ? », se souvient Daniel Richard avec émotion.

L’homme était malade depuis des années déjà et a toujours refusé de trop s’épancher sur ses problèmes. « On avait l’impression que malgré tout, il faisait passer le bien des travailleurs avant son cas personnel ce qui est de plus en plus rare de nos jours. »

Comme chacun le sait, Marc Goblet avait un sacré tempérament. Daniel Richard n’était pas en reste non plus, il arrivait que leurs prises de paroles créent des étincelles. « Lui était toujours fidèle au PS alors que je considérais que les syndicats devaient être indépendants. Mais il avait une façon de me prendre par le bras qui me faisait penser que même quand on n’était pas d’accord, il avait quand même un peu raison. »

Daniel Richard se souvient d’un homme pour qui l’engagement n’était pas un mot lancé en l’air. « Ce qui est frappant c’est que je n’ai jamais vu une telle ferveur de la part des militants. On se reconnaissait dans ses maladresses, dans son accent. Il était plus proche de la base que n’importe qui. Partout où il allait les militants voulaient faire des photos avec, discuter, prendre un verre… Je n’ai jamais vu ça. »

Par rapport à sa carrière politique, Daniel Richard insiste : « au Parlement fédéral il a transmis sa sensibilité syndicale quitte à être en désaccord avec son parti. C’est quelque chose qui est vraiment admirable. »

Notre sélection vidéo
Aussi en VERVIERS ET SA REGION