L’UE assouplit les restrictions de voyage pour les États-Unis et sept autres pays

Photo prétexte
Photo prétexte - Belga image

Les personnes en provenance des États-Unis, d’Albanie, de Hong Kong, du Liban, de Macao, de Macédoine du Nord, de Serbie et de Taïwan devraient avoir plus de facilité à entrer dans l’UE, a annoncé cette dernière dans un communiqué de presse, à la suite d’un accord conclu entre les représentants des États membres en début de semaine.

Il appartient toutefois à chaque État membre de l’UE de décider exactement quelles exigences et restrictions il impose aux voyageurs, et de choisir le moment exact de la mise en œuvre des nouvelles recommandations.

Au début de la pandémie, tous les pays de l’UE, à l’exception de l’Irlande, avaient interdit les voyages non essentiels, sauf dans quelques circonstances. La Norvège, le Liechtenstein, la Suisse et l’Islande, États non membres de l’UE, avaient également pris part à ce mouvement d’interdiction d’entrée.

Les huit nouveaux pays autorisés à voyager plus librement rejoignent l’Australie, Israël, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, Singapour, la Corée du Sud et la Thaïlande.

La Chine figure également sur la liste, mais sous réserve de confirmation de la réciprocité pour les voyageurs de l’UE.

L’Union révise sa liste de pays pour lesquels les restrictions devraient être levées toutes les deux semaines.

Jusqu’à présent, rien n’indique clairement qu’une décision américaine réciproque facilitant l’entrée des voyageurs de l’UE soit imminente.

La semaine dernière, les États-Unis avaient assoupli leurs recommandations concernant les voyages à l’étranger pour leurs propres citoyens vers des destinations européennes, dont l’Allemagne, mais n’avaient pas modifié l’interdiction d’entrée pour les voyageurs de l’espace Schengen et d’un certain nombre d’autres régions.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Macedonia du Nord
Notre sélection vidéo
Aussi en Monde