Actiris: le choix d’un bureau d’outplacement lié à la FGTB contesté par le MR

Actiris: le choix d’un bureau d’outplacement lié à la FGTB contesté par le MR
Belga

La Libre a fait état dans son édition de mercredi de l’attribution à des prestataires extérieurs de la mise en œuvre du programme rebond.brussels qui vise à proposer aux travailleurs licenciés par une entreprise en faillite un accompagnement intensif en vue de retrouver un emploi. Parmi les candidats retenus figure Citéa, une société liée à la FGTB comptant son président, Thierry Bodson, dans son conseil d’administration. Le mois passé, la fédération patronale bruxelloise Beci avait exprimé ses craintes en relevant certains éléments qui l’étonnent et mis en cause le lien entre le syndicat socialiste et Citéa.

Le MR a pointé du doigt une « politique des copains d’abord » qui « nuit à la compétitivité et à l’efficience des services publics » et une « une neutralité de l’État » qui serait « déstabilisée ». Sur le site internet de La Libre, le cdH vise quant à lui un problème de principe, les syndicats étant déjà en charge du paiement des allocations de chômage. Actiris a regretté ces accusations. « Pour cet appel à projets (pas un marché public), nous cherchions des partenaires spécialisés dans l’outplacement dans le cadre de l’accompagnement Covid. Nous avons reçu 10 dossiers et un comité de sélection de 10 personnes a choisi les 3 meilleurs candidats. Cette procédure a scrupuleusement suivi toutes les règles établies par l’arrêté du gouvernement de la Région Bruxelles-Capitale relatif à ces projets et s’est basée uniquement sur la qualité des projets reçus. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles-Capitale
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES