Trois ans après avoir été inauguré, un monument de Zedelgem fait polémique

Trois ans après avoir été inauguré, un monument de Zedelgem fait polémique
Belga

À Zedelgem, personne n’a jamais véritablement porté attention au monument installé il y a trois ans sauf ces derniers jours où il est au coeur des discussions.

Ce monument représentant une ruche invite au souvenir de quelque 12.000 légionnaires lettons des 15ème et 19ème divisions Waffen-SS qui, pendant huit mois, entre 1945 et 1946, furent détenus dans le camp pour prisonniers de guerre du Vloethemveld, situé à quelques kilomètres de là. Personne ne l’a remis en question lors de l’inauguration. L’œuvre d’art était avant tout un symbole universel de liberté, disait-on à l’époque.

Le chasseur de nazis Efraim Zuroff (Centre Simon Wisenthael) qualifiait ce monument de « terrible erreur qui insulte les soldats alliés qui ont combattu les nazis, ainsi que les millions de victimes innocentes du Troisième Reich », à nos confrères de Paris Match.

« Ce monument est en fait inacceptable », a déclaré Koen Aerts (UGent) au Nieuwsblad. L’historien siège au comité scientifique chargé d’étudier la poursuite du développement du site de Vloethemveld. « Le conseil municipal a été très négligent et s’est posé trop peu de questions. Si l’on parle de 12.000 prisonniers de guerre, il est logique d’examiner ce qu’ils ont fait avant de les commémorer. Ce sont des personnes qui ont volontairement combattu aux côtés des Allemands et qui sont donc en partie responsables des crimes du régime nazi. »

Malgré la polémique, l’échevin du patrimoine Jurgen Dehaemers (CD&V-Nieuw) a annoncé que l’œuvre ne serait pas retirée : « En principe, le monument restera. Toutefois, un texte plus détaillé sera ajouté en consultation avec des spécialistes de l’histoire afin d’éviter toute sensibilité éventuelle, » a-t-il déclaré au Nieuwsblad.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Zedelgem (Flandre occidentale)province de Flandre occidentale
Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique