Le député Benoît Dispa dénonce «l’abandon» de l’aide psychologique aux victimes

Benoît Dispa, député-bourgmestre de Gembloux.
Benoît Dispa, député-bourgmestre de Gembloux. - LLP

Le cdH a vivement dénoncé ce mercredi en séance plénière du parlement wallon, « l’abandon », par la Région, des budgets alloués au soutien psychologique pour les victimes au sein des zones de police.

« Depuis 20 ans, 68 zones de police bénéficient d’une subvention régionale de quelque 30.000 euros par an pour le soutien psychologique aux victimes. Or, vous nous annoncez que cette politique va être abandonnée. Pourquoi se passer de cette aide précieuse ? », s’est ainsi interrogé le député régional humaniste Benoît Dispa.

Le ministre wallon des pouvoirs locaux Christophe Collignon a rétorqué : « C’est un choix politique assumé. À force d’émietter, on se disperse dans notre ambition. »

Une réponse qui a suscité l’ire du député cdH. « Donc, selon vous, la politique d’aide aux victimes manque d’ambition et vous estimez que c’est au fédéral, ou à défaut aux communes, de la financer. Laissez-moi vous dire que vous vous trompez », a conclu Benoît Dispa.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Gembloux (prov. de Namur)
Notre sélection vidéo
Aussi en PROVINCE DE NAMUR