La chronique d’Emiliano Bonfigli: «Le sens de la famille»

La chronique d’Emiliano Bonfigli: «Le sens de la famille»

Parfois, le football offre des moments inattendus, teintés d’une certaine magie, et défiant toute logique. À cet instant, un léger sourire s’esquisse au coin de vos lèvres et des souvenirs remontent à la surface. Le temps d’une action, ou d’un but, vous plongez dans votre passé pour mieux apprécier le présent. Samedi après-midi, le petit stade Alberto Picco de la Spezia était le théâtre de l’un de ces moments enchantés que le football peut encore nous offrir. À la 48e minute du match entre l’équipe locale et l’AC Milan, le jeune Daniel Maldini, 19 ans, a inscrit son premier but en Série A italienne lors de sa première titularisation en championnat. 12 ans, 3 mois, et 25 jours après la dernière titularisation d’un Maldini. C’était en 2009 et cette fois, il s’agissait de son père, Paolo, le très talentueux et élégant défenseur des Rossoneri. Paolo Maldini est tout simplement une légende du football italien. Mais samedi, ce n’est pas la légende qui a souri devant le geste de l’attaquant de son club de cœur. Ce n’est pas non plus le dirigeant milanais qui a vibré devant le but de son équipe. Non, c’est simplement un père qui a été pris d’émotion devant le moment de joie d’un fils. L’histoire est belle. Mais elle est aussi hors du commun quand on sait que Daniel est la troisième génération des Maldini à défendre les couleurs de l’AC. Il y a eu le père Paolo, mais aussi le grand-père, Cesare. L’héritage est immense : Cesare a remporté la Coupe d’Europe en 1963, Paolo, lui, a remporté la C1 cinq fois. Chez les Maldini, on cultive le sens de la famille mais aussi celui du succès.

Cultiver les valeurs

Ce week-end, un autre joueur a cultivé un certain sens de la famille. Bavaroise, cette-fois. Thomas Müller a inscrit son 218e but sous les couleurs du Bayern Munich. Il est désormais le troisième meilleur buteur de l’histoire du club, derrière Gerd Müller et Robert Lewandowski. Si le joueur allemand n’a pas l’élégance de Paolo Maldini sur un terrain, il est certainement l’un des joueurs allemands les plus importants de l’histoire. On peut ergoter sur son style, mais certainement pas sur son efficacité, sa mentalité et son goût de l’effort. Un exemple.

Exemplaires, comme nos deux Diables rouges, Romelu Lukaku et Kevin De Bruyne. Une accolade sincère avant d’en découdre lors de ce très bon Chelsea-Manchester City.

Oui, ce week-end, dans certains stades, il y avait comme l’idée de cultiver certaines valeurs… Un esprit de famille, en quelque sorte.

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Champion's League