F1: l’Arabie saoudite pas encore prête pour son premier Grand Prix le 5 décembre

F1: l’Arabie saoudite pas encore prête pour son premier Grand Prix le 5 décembre
Photo News

L’Arabie saoudite est dans une course contre la montre dans ses préparatifs pour accueillir son premier Grand Prix de Formule 1 le 5 décembre prochain, a indiqué un responsable du comité d’organisation.

Cette course prévue le 5 décembre se déroulera en nocturne et devrait être l’avant-dernière de la saison 2021 de F1, qui en comprendra en tout 22, un record en dépit de la pandémie de Covid-19.

Les autorités saoudiennes se sont lancées dans « une course contre la montre » pour achever tous les préparatifs de l’épreuve à temps, a déclaré un responsable du comité d’organisation, qui a requis l’anonymat, précisant que des travaux se poursuivaient « 24 heures sur 24 » sur le site, où des grues sont présentes et des immeubles sont encore en construction.

En dépit de la crise sanitaire, le Grand Prix suscite une « forte demande de billets », a assuré le chef de la Fédération saoudienne de l’automobile et de la moto, le prince Khalid bin Sultan, lors d’une visite du site pour les médias en début de semaine à Jeddah, la grande ville côtière de l’ouest.

Le Grand Prix de F1 d’Arabie saoudite se déroulera sur le circuit urbain le plus rapide de la discipline, avec une vitesse moyenne qui pourrait atteindre les 250 km/h, selon ses organisateurs.

Le circuit d’une longueur de 6.175 km, avec notamment 27 virages, sera par ailleurs le deuxième plus long dans le calendrier de F1.

Suivant la voie de ses voisins du Golfe, les Emirats arabes unis ou le Qatar, l’Arabie saoudite a multiplié les grands événements sportifs ces dernières années, avec la volonté de développer le secteur du divertissement et d’améliorer son image, ternie par les critiques sur les violations des droits humains.

Le royaume ultra-conservateur accueille déjà le rallye Dakar et des courses de Formule E (monoplaces électriques). Côté football, la Supercoupe d’Italie ainsi que la Supercoupe d’Espagne ont également été organisées dans le pays, respectivement en 2019 et 2020.

Les organisations de défense des droits humains critiquent régulièrement la tenue de ces événements sportifs d’ampleur en Arabie saoudite, destinés selon elles à « blanchir » l’image du royaume qui mène une répression implacable contre les voix critiques.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Emirats arabes unisArabie Saoudite
Aussi en Formule 1