La sécurisation du tronçon Pondrôme-Beauraing de la N40 coûterait 800.000 €

Christophe Bastin (à droite) a interpellé le Ministre Philippe Henry concernant la N40.
Christophe Bastin (à droite) a interpellé le Ministre Philippe Henry concernant la N40. - Belga/GSV/Belga

Récemment, le député-bourgmestre Christophe Bastin (Onhaye) a adressé une question au Ministre du Climat, de l’Energie, de la Mobilité et des Infrastructures Philippe Henry concernant la sécurisation de la N40 entre Pondrôme et Beauraing.

« Un accident tragique a remis en lumière la dangerosité du tronçon de la RN40 entre Pondrôme et Beauraing pour les piétons », déclare-t-il. « Il y a un an, le bourgmestre de Beauraing Marc Lejeune avait adressé à Monsieur le Ministre un courrier pour le sensibiliser à ce dossier et l’importance de sécuriser ce tronçon pour les usagers faibles. Les citoyens de Pondrôme et les résidents du centre Fedasil présents dans le village utilisent cet axe pour se rendre à Beauraing à pied. En raison de l’absence d’aménagement, ils sont contraints de marcher sur la route, ce qui génère de nombreux risques. À ce stade, la régie de Gedinne du SPW Mobilité et Infrastructures va apporter une partie de réponse en aménageant un fossé de voirie à la sortie de Beauraing. Cependant, un réel aménagement de l’ensemble du tronçon est nécessaire. Quelles réponses Monsieur le Ministre a-t-il apportées au courrier que lui a adressé le bourgmestre de Beauraing, il y a un an ? Un aménagement de l’accotement sur l’ensemble du tronçon entre Pondrôme et Beauraing est-il à l’étude ? Quel serait le coût de cet aménagement ? La réalisation est-elle prochainement programmée ? Par ailleurs, la commune de Beauraing plaide également pour une réouverture de l’arrêt de train de Pondrôme, afin de proposer une solution alternative de mobilité aux citoyens de Pondrôme et aux résidents du centre pour demandeurs d’asile sans devoir marcher le long de la voirie régionale ou utiliser leur voiture pour rejoindre la gare la plus proche. Va-t-il plaider auprès de son collègue en charge de la Mobilité au Fédéral pour la réouverture de cet arrêt ? »

« Refaire 2 km d’accotement »

Philippe Henry a répondu : « Une partie de la N40 (+-750m) va être aménagée dans le chantier de la traversée de Beauraing pour lequel l’ouverture des offres a eu lieu début de février 2022. Cet aménagement permettra de rejoindre le dessus de Beauraing jusqu’au lieudit Malakof. Au niveau du calendrier, le chantier pour l’aménagement de Beauraing devrait débuter en août 2022. La fin des travaux est prévue en juillet 2023. Il ne restera alors que 350m le long de la N40 non aménagée et un passage piéton à réaliser pour pouvoir rejoindre le centre de Pondrôme. Ces 350m seraient aménageables moyennant expropriation des champs en contrebas de l’assiette de la chaussée. Le SPW MI indique que les aménagements actuels et futurs sont praticables pour les piétons, mais pas pour les cyclistes. Pour réaliser des aménagements cyclopiétons, il serait nécessaire de refaire deux kilomètres d’accotement en plaçant des rails de sécurité. Selon les prix d’un marché que le SPW MI a étudié et hors expropriation, le montant s’élèverait aux alentours des 800.000 euros. Pour cette partie manquante, le SPW MI ne peut à ce stade proposer de calendrier. Par ailleurs, Pondrôme est desservi par les bus du TEC qui relient notamment Pondrôme à la gare de Beauraing. »

Un coût élevé et des travaux non prévus à ce stade, voilà qui doit décevoir les autorités locales et les citoyens beaurinois.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Province de Namur