Face à la fraude aux factures, les banques vont pouvoir contrôler les noms IBAN

Face à la fraude aux factures, les banques vont pouvoir contrôler les noms IBAN

Ce type de fraude, qui touche tant les particuliers que les entreprises, consiste à intercepter une vraie facture au cours de son envoi, changer le numéro de compte du fournisseur (en le remplaçant par celui d’une « mule ») et envoyer le document modifié, explique Febelfin.

Actuellement, lorsque le client introduit l’ordre de virement pour cette facture, la banque du client ne peut pas détecter que le numéro de compte de la mule ne correspond pas à celui du fournisseur car elle ne dispose pas de données à ce sujet, celles-ci étant stockées auprès de la banque du bénéficiaire, poursuit la fédération.

Avec le contrôle IBAN, l’institution pourra vérifier que les noms et numéros correspondent. Si ce n’est pas le cas, elle avertira l’intéressé.

La mise en œuvre constitue cependant « un défi opérationnel », selon Febelfin, « entre autres en raison des grandes variations qui existent en termes d’orthographe des noms et prénoms et de l’utilisation d’abréviations.

Dans l’attente d’une décision au niveau européen, le secteur belge a décidé d’avancer sur une solution belge, précise-t-il. Les IBAN étrangers ne seront donc pas encore contrôlés dans un premier temps, précise la fédération.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique