Inondations: des jalons à Rochefort pour se souvenir de la hauteur atteinte par l’eau

Les dégâts avaient été considérables à Rochefort l’été dernier.
Les dégâts avaient été considérables à Rochefort l’été dernier. - V.L.

Rochefort se souviendra, le temps d’une cérémonie prévue le vendredi 15 juillet en fin d’après-midi, de l’exceptionnelle montée des eaux qui avait plongé, l’été dernier, l’entité dans la frayeur et le désarroi. Seule commune de la province de Namur à être classée en catégorie 1, c’est-à-dire où les besoins après le sinistre sont les plus importants et urgents, Rochefort n’a toutefois déploré aucune victime dans ces inondations sans précédent.

Une cérémonie de commémorations se tiendra le 15 juillet à 17h. Les autorités communales vont poser des jalons afin de se rappeler jusqu’où l’eau est montée après des jours interminables de pluie.

Dans la continuité de la première, une seconde cérémonie aura lieu afin de mettre en avant l’élan de solidarité qui s’est spontanément créé et l’impressionnante mobilisation des volontaires qui a suivi la catastrophe. L’ancienne bourgmestre Corine Mullens ayant récemment été poussée vers la sortie, c’est Julien Defaux, le nouveau mayeur faisant fonction depuis fin juin, qui prononcera un discours.

La commune de Rochefort, qui avait déjà connu plusieurs inondations par le passé, a été complètement submergée les 14 et 15 juillet derniers, à cause de la montée exceptionnelle des eaux de la Lhomme et de la Wamme. Au total 1.444 ménages, soit 3.010 habitants, ont été touchés, de même que les ponts de Villers-sur-Lesse et Jemelle, des infrastructures sportives, 42 commerces, des écoles, des crèches, deux églises, des salles des fêtes, une maison des jeunes et un parc communal. 32 arrêtés de destruction ont été signés par la bourgmestre faisant fonction à l’époque, Corine Mullens.

785.000 euros déboursés

La commune, qui compte entre 12.000 et 13.000 habitants, estime avoir déboursé 785.000 euros pour remettre en état les bâtiments touchés par les inondations. « Nous pourrions ajouter à cela le coût des déchets évacués, ainsi que la valorisation du travail du personnel communal », complète Julien Defaux.

« Dans notre malheur, la chance a été que les pouvoirs subsidiants ont débloqué beaucoup d’argent pour faire face à la crise », a souligné la directrice du CPAS de Rochefort, Fany Dubois.

À l’heure actuelle, des travaux sont toujours en cours pour restaurer les murs de la Lhomme, près du kiosque à Jemelle et sécuriser les lieux. « La fin des travaux est prévue pour le mois de novembre, mais cela dépendra de l’état de la rivière », indique Julien Defaux.

« Même si les stigmates des inondations ne sont plus tellement visibles à Rochefort, il n’en demeure pas moins que de nombreuses personnes sont encore aujourd’hui en détresse et vivent dans des conditions difficiles », témoigne Fany Dubois. « À cette situation dramatique s’ajoute la crise énergétique actuelle qui plombe un peu plus les finances des citoyens sinistrés, déjà confrontés à un surplus de consommation en chauffage et en électricité pour tenter d’assécher les murs humides de leur habitation. »

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Province de Namur