Sécurité routière: méfiez-vous du «verglas d’été»

Sécurité routière: méfiez-vous du «verglas d’été»

Il n’aura échappé à personne qu’il n’a pas plus beaucoup cet été, voire pas du tout. Les pluies annoncées vont faire du bien mais prudence sur la route. Et pas uniquement pendant un orage.

Lorsqu’il pleut, les automobilistes lèvent pour la plupart spontanément le pied. A fortiori quand un orage s’accompagne de grêle. mais après, on repart. Or, après cette période de sécheresse, on risque de se retrouver face à ce que l’on appelle parfois le « verglas d’été ».

Résidus divers

Il ne s’agit bien entendu de vrai verglas, il ne va évidemment pas geler demain. Mais bien d’un phénomène affectant des voiries qui n’ont plus été « lavées » depuis longtemps par l’eau tombée du ciel.

Au fil du temps, des particules diverses se sont déposées sur nos chaussées : traces de carburant, gomme larguée par les pneus, dépôts d’huile.

Une pellicule bien grasse qui, dans un premier temps, ne va pas absorber l’eau mais bien la repousser et empêcher les revêtements de l’absorber eux aussi. Résultat, un manque d’adhérence certain qui peut conduire à la catastrophe en cas de freinage brutal, de tournant serré pris un peu trop vite, etc. C’est « l’effet savon ».

Sous la pluie, encore plus que d’habitude, pensez ces prochains jours à lever le pied et à manier votre volant avec souplesse. Au moins le temps que le passage des véhicules ait mélangé les dépôts gras et la pluie et que le revêtement retrouve sa rugosité et son pouvoir drainant.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Belgique